Attention VIP (Very Important Princesse)!

Attention VIP (Very Important Princesse)!

On va pas s’mentir

Il y a quelques mois, c’était la Fête des mères, et avec elle, son lot de poèmes mièvres, de collages mal collés et de créations artistiques plus ou moins réussies…

 

« Oh, que c’est choupinou ! Merci mon Lapin, t’es trooop mignon(ne) ! Viens là que je te fasse un gros poutou dans ton petit cou tout doux ! »

 

Voilà les réactions habituelles de toute maman normale et attentionnée. C’est qu’on les aime fort nos marcassins et on a le cœur tout mou devant leur air penaud et content d’eux de nous réciter un poème mal appris et de nous offrir des dizaines de cadeaux ! (Les cartes de l’école, la peinture du périscolaire, le collage de fleurs de la nounou, les broches en scrapbook des ateliers du mercredi, les découpages cœur, les dessins aux stickers, …).

 

Mais enfin, on va pas se mentir, ils sont quand même tout pourris leurs cadeaux, non ?

 

Prenons un peu de recul, revenons à un état (normal) de pré-parentalité (celui où le jugement n’est pas altéré par un quelconque relent de mièvrerie hormonale ou de survie de l’espèce te faisant voir ton bébé comme le plus beau de la Terre - même si franchement ton rejeton il est laid ! Si, regarde bien les photos de naissance : tu le trouvais ma-gni-fique mais tu vois bien qu’en fait, avec du recul, il était rouge, boutonneux et sentait le lait caillé ! Eh bien, ça tu vois, c’est l’instinct de survie : il permet de sauver l’espèce humaine pour qu’elle se reproduise quand même et t’évite de rejeter ton mouflard à la naissance. Il te distingue de certains animaux. C’est celui-là même qui, dans un accès d’inconscience totale, t’incite à re-pondre un gamin alors que ton accouchement c’était une boucherie pendant 24h et que t’as toujours la cicatrice de l’épisio mal recousue un an après! Je referme cette parenthèse). En tant normal donc, tu trouverais leurs cadeaux franchement moches et tu ne t'en cacherais pas. Mais depuis que tu es parent, tu as renié tout sens critique.

 

Cependant, en toute objectivité, voici un top 10 des autres trucs tout moisis que les enfants nous font et qu’on fait semblant de trouver super.

 

Le top 10 des trucs nuls des enfants

  1. Le spectacle de fin d’année

Non, non, et non, les chansons des légumes en karaoké, les masques de lion vert et bleu (depuis quand c'est vert et bleu un lion, je peux savoir?) et les rondes pas rondes, ça me fait pas kiffer ! Au moins, à mon époque, on nous prenait des musiques actuelles et connues, on nous déguisait pour de vrai et on essayait de danser. (« Elle voulait revoir sa Normandie » déguisée en africaine avec peinture noire et pagne, ça en jetait ! Certes, légèrement connoté aujourd'hui, mais bon... On assurait le spectacle au moins, Madame ! Et les parents en redemandaient!... Ah... Ma mère me souffle dans l'oreillette que non.  Merde... Ben, il était bien pourtant mon spectacle de CP, maman...) Aujourd'hui, vive les chansons de soupes à la citrouille ("on touille!") ou au potiron ("bouillon!") mal mimées que seules les enseignantes connaissent! Et paye ta honte quand t'es en CM2 et que t'en es toujours à faire des rondes sur des cassettes pourraveset sans sono....

 

  1. Les dessins de petite section. Déclinaison : le collage à la manière de Max Ernst

Bon, je veux bien que les maîtresses d'école (et les maîtres) doivent rivaliser d'inventivité pour trouver des idées de travaux artistiques qui entrent dans le programme (Précision : sache-le, si tu n'es pas parent d'un petit de maternelle ou toi-même instit, les enfants ont un programme à suivre à l'école. Et des évaluations, dès 3 ans … #Nimp) Mais enfin quand même, Maîtresse, d'où t'es venue cette idée que les gosses peuvent dessiner, peindre ou coller comme des artistes ? Certes, tu as un peu de culture mais c'est des coups à recevoir des plaintes des descendants de Ernst, Kandisky ou Klee, ça ! Allez hop, poubelle ! (Oui, je suis une mère parfaitement horrible!...)

 

  1. Les jeux de société

« Dans la famille casse-couilles, je voudrais le fils, la fille, et le père. J'ai gagné, je vous ai mis une race, les gamins ! » Qu'est-ce que j'aimerais faire ça en vrai avec un jeu de sept familles aux noms faits exprès pour les parents indignes! Il n'y aurait pas de mamans dans ces familles, que des belle-mères... On aurait la famille Tuche, la famille Dantoncul, la famille Boudin, la famille Vinasse, ce serait bien plus drôle! Au lieu de ça, tu joues au petit Bac et au UNO et tu fais semblant de perdre, pour qu'ils gardent un minimum de dignité et de plaisir à jouer, parce que quand tu joues à des jeux, c'est pour les éclater. Et ça finit en pleurs... Ils sont vraiment pas fairplay, les gosses.

 

  1. Les jeux d’imitation (« On dirait qu’on était des marchandes/chevaliers/ princesses...)

« Maman, on dirait que t'étais la Reine méchante... » Ils sont d'un chiant : je suis toujours la reine ou la sorcière dans les jeux de contes! Et sinon, c'est la servante. Je comprends pas...

 

Moi aussi je joue : « Et on dirait que je pouvais faire pipi tranquille, avec des enfants sages comme des images, boire un café chaud le matin, et arriver au bureau à l'heure, c'est possible ? » Sales gosses, va !

 

  1. Les exploits sportifs au parc

Déjà, on est unanime, certaines humoristes l'ont très bien dit, la sortie au parc, c'est PAS une partie de plaisir. C'est même limite une punition pour une mère normale. C'est juste un moyen de sortir les mômes, comme un maître emmènerait son husky faire pipi dehors! Ça permet de les défouler, d'éviter qu'ils te refassent la déco de l'appart à trop tourner en rond et même des fois  souvent, ils font pipi dehors alors que deux minutes avant de partir, ils n'avaient absolument pas envie.

 

La vessie vidée, les voilà regonflés à bloc, pour explorer leur monde et partir à la conquête des toboggans et autres tourniquets. Tu pourrais te croire tranquille pour téléphoner à tes copines ou explorer ton fil d'actu Facebook. Mais perdu ! Ils t'appellent toutes les deux secondes (« Maman, tu me regardes, hein, tu me regardes ?» pour te montrer comme ils montent bien le toboggan à l'envers et sans les mains, comme ils font bien le cochon pendu sur les barreaux de l'échelle, comme ils font vite tourner les petits sur le tourniquet et sans les faire vomir ! (Ndlr : les jeunes parents n'aiment pas beaucoup en général et cherchent rageusement les parents de ces petits cons irresponsables. Tu fais semblant de pas avoir vu et d'être au téléphone à ce moment-là. Option 2 : tu ne les connais pas. « Mais qui êtes-vous, arrêtez de m'appeler maman, enfin ! »)

 

Conclusion : ON S'EN FOUT ! Lâchez-nous la grappe les mioches et arrêtez de nous foutre la honte ! Prenez-vous un gadin, faites-vous mal et au moins on rentre, maintenant ! (Je me demande si je préférais pas les sept familles ...)

 

  1. Les concerts improvisés

Non, ils ne t’invitent pas à une musique de chambre, hélas… ça y ressemble au départ pourtant : ça se passe dans la chambre (oui, cette blague est nulle), c'est intime, lumière travaillée et tout. Mais non. Tu as droit à la cacophonie des tous les instruments de musique en plastique que ta famille attentionnée vengeresse leur a offert à Noël : trompette, tambour, tambourin, xylophone, flûte à bec (si j'te jure, ça existe encore), yukulele, maracas. La totale. En général, ils sont déguisés parce que c'est pestacle et tu dois applaudir chaleureusement quand ils te l'ordonnent.

 

Mais foutez-nous la paix avec vos démonstrations pourries ! Le Conservatoire voudra pas de vous, c'est pas la peine d'insister pour du violon ! Mes oreilles et mon porte-monnaie vous remercient.

 

  1. Les essais coiffure

« Allez viens, maman, on va jouer à la coiffeuse. » Même pas dans tes rêves ma chérie ! Vu ce que tu fais à tes barbies et comment tu te coiffes quand tu veux te faire belle, plutôt assister à ton concert de trompette en plastique ! Les 4 couettes, les pinces à nœuds, les fleurs en tissu et les tresses emmêlées le même jour, sur une même tête, ça va aller...Et non, tu ne me maquilleras pas non-plus avec du fard bleu sur les paupières...

 

  1. Les recettes maison (en vrai ou en dînette, c'est du pareil au même)

« - A table maman, c'est prêt ! 

- Mais qu'est-ce que c'est que ce truc ?

- C'est de la purée et de la ratatouille. Tu vas te régaler. Bon appétit, maman ! »

Dégoût. Tu vois vraiment de la purée et des légumes dans ta bouillasse de terre, d'eau, de feuilles et de cailloux, là? D'accord, je suis fière que tu aies l'esprit ouvert et beaucoup d'imagination, mais je retiens surtout que 1) je ne te confierai jamais la cuisine, sauf sur mon lit de mort (et encore) 2) si c'est comme ça que tu vois ma cuisine, je n'insisterai plus pour que vous goûtiez au moins toutes ces choses colorées et étranges, nommées légumes, qui ne ressemblent ni à des tortis, ni à des patates.

 

- Miam miam, je suis impatiente de goûter ! En fait, c'est comme ça que ça finira : parce que tu n'auras pas l'âme de lui briser le cœur en lui disant que ça te dégoûte et que le gâteau d'anniversaire qu'elle t'a préparé ne ressemble tellement à rien que tu préfèrerais le filer au chien ! (Oh, ça va...#seconddegré)

 

  1. Le choix des vêtements

On va pas s'mentir non-plus sur ce sujet : les enfants ont des goûts de chiottes. Quand arrive l'âge (3 ans pour les filles, 4 et demi pour les garçons en moyenne) où il n'y a rien à faire, ils veulent choisir leurs habits pour aller à l'école ou pour « sortir » (comprendre : allez chez des amis ou à l'anniversaire), c'est fini : Mini-VIP-Zara-fashion, c'est terminé et P'tit-mec-Zara -Sportwear-sylé, RIP aussi ! Quand les négociations n'aboutissent pas et que tu dois hisser le drapeau blanc de la fashion week à domicile, ça donne à peu près cela :

 

- Pour les filles : plus y'a de couleurs et de motifs, plus t'es belle ! On dirait que c'est  PapaMarcassin qui t'a habillée ! Le détail qui tue ? Les chaussettes pailletées dans les sandales... en hiver.

 

- Pour les garçons : pantalon Spiderman rouge, tee-shirt Batman jaune, casquette Mignons, sandales Geox lumineuses et détail qui tue : les chaussettes Star Wars. Dans les sandales Geox. En hiver.

 

Mais oui, c'est sûr, continue mon fils : à ce rythme-là, tu finiras dans un camp de réfugiés, tu passeras inaperçu !

 

Donc ok pour la robe de soirée rouge brillante en tulle de Noël pour l'école quand t'as piscine ma chérie, et va pour le k-way et les bottes de pluie PatPatrouille, quand il fait 23 degrés, mon fils. Quitte à choisir entre la peste et le choléra...

 

NB: merci Père Noël pour tes goûts vestimentaires et PapaMarcassin pour ces « habits qui ne craignent rien ». Je saurai m'en souvenir. Père Noël, tu nous aimes vraiment si peu pour ne pas opter pour un simple bon d'achat chez H&M? Tu ne te ruinerais pas davantage , radasse va! Et PapaMarcassin , comme ils ne sont pas fragiles ces vêtements, tu ne seras pas vexé s'ils les mettent uniquement pour descendre les poubelles...

 

  1. Les blagues de CE1 !

«- Dis maman, est-ce que tu aimes les cerfs ?

- ... oui.

- Est-ce que tu aimes les veaux?

- On va dire oui.

- Hahaha, tu aimes les cerveaux, alors? »

 

Je continue ou vous avez compris ?... Ils ont vraiment un humour de merde, les enfants.  Je ne suis pas hyper favorable aux bonbons à la maison (#têtedecon) mais je crois que je vais prendre un abonnement chez Carambar. Au moins, on aura des blagues dignes de ce nom, merde !

 

 

 

Je vous avais bien dit que vous aviez perdu tout sens critique. Parce que dans chacune de ces situations, vous êtes comme tout le monde : vous faites des yeux de Chat Botté attendri et vous vous abstenez du moindre commentaire désobligeant.

 

On va pas s'mentir, vous êtes juste devenus plus cons humains. On fait partie de même cercle.

 

 



24/10/2017
0 Poster un commentaire